Portrait de Turgot.Anne Robert Jacques Turgot,

baron de l'Aulne

(Paris, 10 mai 1727 - Paris, 20 mars1781)

 

Turgot est né à Paris le 10 mai 1727, d'un père prévôt des marchands sous Louis XV. Destiné à l'état ecclésiastique, il fait des études chez les jésuites du collège Louis-le-Grand et au collège du Plessis où il se forme à la théologie. Pensionnaire de la maison et de la société de Sorbonne il en devient prieur en 1749. C'est là qu'il se lie avec les abbés de Cicé, de Brienne, de Véry, Bon et MORELLET. Au début de 1751, il renonce à l'état ecclésiastique.

Il est conseiller-substitut de procureur général en janvier 1752, conseiller au parlement en décembre, et fait maître des requêtes le 28 mars 1753. Lié à Vincent de GOURNAY (1712-1759), intendant du commerce de 1751 à 1758, il l'accompagne en 1755 et 1756 dans ses tournées des principales places de commerce dans le Sud-Ouest de la France, puis dans la vallée de la Loire et en Bretagne. Parallèlement à ses fonctions de maître des requêtes il poursuit une activité littéraire, notamment de traducteur. C'est pendant cette période qu'il rédige cinq articles pour l'Encyclopédie, dont "Foire" et "Fondation", en demandant que son nom ne soit pas mentionné.

Le 8 août 1761 Turgot est appelé à l'intendance de la généralité de Limoges. Il y prend toute une série de mesures en faveur de l'agriculture, dont la suppression des corvées, la création d'une école vétérinaire à Limoges, des encouragements donnés à l'agronomie en qualité de président de l'académie locale d'agriculture, l'ouverture de nouvelles routes et de canaux pour le transport des grains, le commencement du cadastrage des terres sur des bases équitables. C'est de cette période que datent les Réflexions sur la formation et la distribution des richesses (1766).

Le 20 juillet 1774, il est nommé par Maurepas (1701-1781) au ministère de la Marine, puis le 4 août Louis XVI l'appelle au Contrôle général où il succède à l'abbé Terray (1715-1778). Dès le 13 septembre il fait prendre un arrêt rétablissant la liberté du commerce des grains à l'intérieur du royaume. Mais la révolte des blés, en mai 1775, amenuise son crédit déjà détérioré par l'opposition des parlements, de la cour et du clergé à celui qui est perçu comme représentant les savants et philosophes dont il favorise les projets. Les six édits de 1776 portant suppression des corvées, des jurandes et maîtrises, de la Caisse de Poissy, des droits sur les grains à la halle, des charges sur les ports et diminution des droits sur les suifs emportent ce qui en restait et aboutissent à son renvoi le 12 mai 1776.

Turgot meurt d'une attaque de goutte le 20 mars 1781 à l'âge de 54 ans.