[On donne ci-dessous le texte des Réflexions, tel qu'il se présentait dans les tomes XI (p. 12-56) et XII de 1769, puis dans le tome I de 1770 des Ephémérides du citoyen, où il a paru pour la première fois. On a donc respecté les segmentations du texte pratiquées alors et fourni aussi des éléments paratextuels importants : ainsi, l'avertissement qui précédait le texte indique qu'il a vu le jour en 1766 et la date "novembre 1766" figure à la fin de la troisième et dernière livraison de l'ouvrage; de même, il apparaît que le nom de l'auteur a été tenu caché. C'est dans le même esprit qu'on a fait figuer en annexe les tables des matières des différents volumes concernés, ainsi que des extraits des lettres de Turgot à Du Pont relatives à la publication de l'ouvrage, et aux modifications que celui-ci avait cru bon de lui faire subir.
Il existe à la Bibliothèque Nationale un tiré à part (165 p., in-12, 1770) des Réflexions rectifié par Turgot, sans lieu, ni nom d'auteur, avec la date de novembre 1766 à la fin et avec un erratum. Cote : R 48428.
Autre édition : in-8°, 1788, avec le nom de Turgot et l'épigraphe : Ostendent terris hunc tantum fata, Enéïde, VI (Ecrite par Voltaire au-dessous du portrait de Turgot). Son texte est conforme à celui du tirage à part.]

Ephémérides, 1769, t. xi.

 

Ephémérides du citoyen ou bibliothèque raisonnée des sciences morales et politiques. 1769. Tome XI.

[12]

N° II.

Il y a très long-tems que nous sollicitons l'Auteur de l'ouvrage suivant, pour qu'il permette que nous enrichissions notre Ouvrage périodique. Il n'avoit jamais voulu y consentir, parcequ'il n'a pas mis la derniere main à l'exposition de ses réflexions ; parceque les ayant jettées sur le papier il y a trois ans, foit à la hâte & dans des vues particulieres, il n'entre pas en matiere d'une façon qui lui paroisse assez directe ; parcequ'il en est résulté qu'il a été obligé de revenir quelquefois sur ses pas ; & qu'il semble par là donner prise à des objections qu'il auroit été facile de prévenir, en présentant les objets d'une maniere plus développée. C'est lui-même qui a si séverement critiqué son travail, toutes les fois que nous lui en avons parlé, & nous ne doutons pas qu'il ne fût effectivement très capable de lui donner un plus grand dégré de perfection. Cependant, [13] comme ses occupations importantes & indispensables lui laissent trop peu de loisir pour qu'on puisse répondre du tems où il seroit parvenu à se satisfaire lui-même; & que dans l'état même où sont ses réflexions elles nous paroissent encore former un Ouvrage très intéressant, très riche, & très digne de l'objet important qu'elles traitent; nous avons insisté pour obtenir la permission de les placer dans notre Recueil, & il vient enfin d'accorder à l'amitié se sacrifice qu'il avoit toujours refusé à nos raisons.


[14]

RÉFLEXIONS sur la formation & la distribution des richesses, par Mr. X.

.

§. PREMIER

Impossibilité du Commerce dans la supposition d'un partage égal des terres,ou chaque homme n'auroit que ce qu'il lui faudroit pour se nourrir.

Si la terre étoit tellement distribuée entre tous les habitants d'un pays, que chacun en eût précisément la quantité nécessaire pour se nourrir, & rien de plus; il est évident que, tous étant égaux, aucun ne voudroit travailler pour autrui. Personne aussi n'auroit de quoi payer le travail d'un autre; car chacun, n'ayant de terre que ce qu'il en faudroit pour produire sa subsistance, consommeroit tout ce qu'il auroit recueilli, & n'auroit rien qu'il pût échanger contre le travail des autres.

[15]

§. II.

L'hypothèse ci-dessus n'a jamais existé, & n'auroit pu subsister. La diversité des terreins & la multiplicité des besoins amenent l'échange des productions de la terre contre d'autres productions.

Cette hyporhese [sic] n'a jamais pu exister, parceque les terres ont été cultivées avant d'être partagées; la culture même ayant été le seul motif du partage & de la loi qui assure à chacun sa propriété. Or, les premiers qui ont cultivé, ont probablement cultivé autant de terrein que leurs forces le permettoient et, par conséquent, plus qu'il n'en falloit pour les nourrir.

Quand cet état auroit pu exister, il n'auroit pu être durable; chacun ne tirant de son champ que sa subsistance, & n'ayant pas de quoi payer le travail des autres, ne pourroit subvenir à ses autres besoins, du logement, du vête-[16]ment, &c que par son propre travail; ce qui seroit à peu-près impossible, toute terre ne produisant pas tout, à beaucoup près.

Celui dont la terre ne seroit propre qu'aux grains, & ne produiroit ni coton, ni chanvre, manqueroit de toile pour s'habiller. L'autre auroit une terre propre au coton, qui ne produiroit pas de grains. Tel autre manqueroit de bois pour se chauffer, tandis que tel autre manqueroit de grains pour se nourrir. Bientôt l'expérience apprendroit à chacun quelle est l'espece de production à laquelle sa terre seroit la plus propre; & il se borneroit à la cultiver, afin de se procurer les choses dont il manqueroit, par la voie de l'échange avec ses voisins; qui, ayant fait de leur côté les mêmes réflexions, auroient cultivé la denrée la plus propre à leur champ & abandonné la culture de toutes les autres.

[17]

§ III.

Les productions de la terre exigent des préparations longues & difficiles, pour être rendues propres aux besoins de l'homme.

Les denrées que la terre produit pour satisfaire aux différents besoins de l'homme, ne peuvent y servir, pour la plus grande partie, dans l'état où la nature les donne; elles ont besoin de subir différents changements & d'être préparées par l'art. Il faut convertir le froment en farine & en pain; tanner ou passer les cuirs; filer les laines, les cotons; tirer la soie des cocons, rouir, teiller, filer les chanvres & les lins; en former ensuite différents tissus; & puis les tailler, les coudre pour en faire des vêtements, des chaussures, &c. Si le même homme qui fait produire à sa terre ces différentes choses, & qui les emploie à ses besoins, [18] étoit obligé de leur faire subir toutes ces préparations intermédiaires, il est certain qu'il réussiroit fort mal. La plus grande partie de ces préparations exige des soins, une attention, une longue expérience, qui ne s'acquiert qu'en travaillant de suite & sur une grande quantité de matieres. Prenons pour exemple la préparation des cuirs : quel laboureur pourroit suivre tous les détails nécessaires pour cette opération, qui dure plusieurs mois, & quelquefois plusieurs années ? S'il le pouvoit, le pourroit-il sur un seul cuir ? Quelle perte de tems, de place, de matieres, qui auroient pu servir en même tems, ou successivement à tanner une grande quantité de cuir ! Mais quand il réussiroit à tanner un cuir tout seul, il ne lui faut qu'une paire de souliers; que feroit il du reste ? Tuera-t-il un buf pour avoir cette paire de souliers? Coupera-t-il un arbre pour se [19] faire une paire de sabots ? On peut dire la même chose de tous les autres besoins de chaque homme, qui, s'il étoit réduit à son champ & à son travail, consumeroit beaucoup de tems & de peine pour être fort mal équipé à tous égards, & cultiveroit très mal son terrein.

 

§. IV.

La nécessité des préparations amene l'échange des productions contre le travail.

Le même motif qui a établi l'échange de denrée à denrée, entre les Cultivateurs de terreins de diverse nature, a donc dû amener aussi l'échange de la denrée contre le travail entre les Cultivateurs & une autre partie de la société, qui aura préféré l'occupation de préparer & de mettre en uvre les productions de la terre à celle de les faire naître. Tout le monde gagnoit [20] à cet arrangement, car chacun en se livrant à un seul genre de travail y réussissoit beaucoup mieux. Le Laboureur tiroit de son champ la plus grande quantité de productions possible & se procuroit bien plus facilement tous ses autres besoins par l'échange de son superflu, qu'il ne l'eût fait par son travail Le Cordonnier, en faisant des souliers pour le Laboureur, s'approprioit une partie de la récolte de celui-ci. Chaque ouvrier travailloit pour les besoins des ouvriers de tous les autres genres, qui, de leur côté, travailloient tous pour lui.

 

§. V.

Prééminence du Laboureur qui produit, sur l'Artisan qui prépare. Le Laboureur est le premier mobile de la circulation des travaux; c'est lui qui fait produire a la terre le salaire de tous les Artisans.

Il faut cependant observer que le [21] Laboureur, fournissant à tous l'objet le plus important & le plus considérable de leur consommation (je veux dire leurs aliments, & de plus la matiere de presque tous les ouvrages), a l'avantage d'une plus grande indépendance. Son travail, dans l'ordre des travaux partagés entre les différents membres de la société, conserve la même primauté, la même prééminence qu'avoit, entre les différents travaux qu'il étoit obligé, dans l'état solitaire, de consacrer à ses besoins de toute espece, le travail qui subvenoit à sa nourriture. Ce n'est pas ici une primauté d'honneur ou de dignité; elle est de nécessité physique. Le Laboureur peut absolument parlant se passer du travail des autres ouvriers, mais aucun ouvrier ne peut travailler si le Laboureur ne le fait vivre. Dans cette circulation, qui, par l'échange réciproque des besoins, rend les hommes nécessaires les uns aux au-[22]tres & forme le lien de la société, c'est donc le travail du laboureur qui donne le premier mouvement. Ce que son travail fait produire à la terre au-delà de ses besoins personnels est l'unique fonds des salaires que reçoivent tous les autres membres de la société en échange de leur travail. Ceux-ci, en se servant du prix de cet échange pour acheter à leur tour les denrées du laboureur, ne lui rendent exactement que ce qu'ils en ont reçu. C'est une différence bien essentielle entre ces deux genres de travaux, sur laquelle il est nécessaire d'appuyer pour en bien sentir l'évidence avant de se livrer aux conséquences sans nombre qui en découlent.

[23]

§. VI.

Le salaire de l'Ouvrier est borné, par la concurrence entre les Ouvriers, a sa subsistance. Il ne gagne que sa vie.

Le simple Ouvrier, qui n'a que ses bras & son industrie, n'a rien qu'autant qu'il parvient à vendre à d'autres sa peine. Il la vend plus ou moins cher; mais ce prix plus ou moins haut ne dépend pas de lui seul; il résulte de l'accord qu'il fait avec celui qui paie son travail. Celui-ci le paie le moins cher qu'il peut; comme il a le choix entre un grand nombre d'Ouvriers, il préfére celui qui travaille au meilleur marché. Les Ouvriers sont donc obligés de baisser le prix à l'envi les uns des autres. En tout genre de travail, il doit arriver, & il arrive en effet, que le salaire de l'ouvrier se borne à ce qui lui est nécessaire pour lui procurer sa subsistance.

[24]

§. VII.

Le Laboureur est le seul dont le travail produise au-delà du salaire du travail. Il est donc l'unique source de toute richesse.

La position du Laboureur est bien différente. La terre, indépendamment de tout autre homme & de toute convention, lui paie immédiatement le prix de son travail. La nature ne marchande point avec lui pour l'obliger à se contenter du nécessaire absolu. Ce qu'elle donne n'est proportionné ni à son besoin, ni à une évaluation conventionnelle du prix de ses journées. C'est le résultat physique de la fertilité du sol, & de la justesse, bien plus que de la difficulté des moyens qu'il a employés pour le rendre fécond. Dès que le travail du Laboureur produit au-delà de ses besoins, il peut, avec ce superflu que la nature lui accorde en pur don [25] au-delà du salaire de ses peines, acheter le travail des autres membres de la société. Ceux ci en le lui vendant, ne gagnent que leur vie; mais le Laboureur recueille, outre sa subsistance, une richesse indépendante & disponible, qu'il n'a point achetée & qu'il vend. Il est donc l'unique source de toutes les richesses, qui, par leur circulation, animent tous les travaux de la société; parcequ'il est le seul dont le travail produise au delà du salaire du travail.

 

§. VIII.

Premiere division de la société en deux classes : l'une productrice, ou des cultivateurs; l'autre stipendiée, ou des Artisants.

Voilà donc toute la société partagée, par une nécessité fondée sur la nature des choses, en deux classes : toutes deux laborieuses. Mais dont l'une, [26] par son travail, produit ou plutôt tire de la terre des richesses continuellement renaissantes, qui fournissent à toute la société la subsistance & la matiere de tous ses besoins. L'autre, occupée à donner aux matieres produites les préparations & les formes qui les rendent propres à l'usage des hommes, vend à la premiere son travail, & en reçoit en échange sa subsistance; la premiere peut s'appeler classe productrice, & la seconde, classe stipendiée.

 

§. IX.

Dans le premiers tems, le Propriétaire n'a pas dû être distingué du Cultivateur.

Jusqu'ici, nous n'avons point encore distingué le Laboureur du Propriétaire des terres; & dans la premiere origine ils n'étoient point en effet distingués. C'est, par le travail de ceux qui ont les premiers labouré des champs, & qui les ont enclos, pour s'en assurer [27] la récolte, que toutes les terres ont cessé d'être communes à tous, & que les propriétés foncieres se sont établies. Jusqu'à ce que les sociétés aient été affermies, & que la force publique, ou la loi, devenue supérieure à la force particuliere, ait pu garantir à chacun la possession tranquille de sa propriété, contre toute invasion étrangere, on ne pouvoit conserver la propriété d'un champ que comme on l'avoit acquise, & en continuant de le cultiver. Il n'auroit pas été sûr de faire labourer son champ par un autre, qui ayant pris toute la peine, n'auroit pas facilement compris que toute la recolte ne lui appartenoit pas. D'ailleurs, dans ce premier tems, tout homme laborieux trouvant autant de terre qu'il en vouloit, ne pouvoit être tenté de labourer pour autrui. Il falloit que tout propriétaire cultivât son champ ou l'abandonnât entierement.

[28]

§. X.

Progrès de la société; toutes les terres ont un maître.

Mais la terre se peuploit & se défrichoit de plus en plus. Les meilleures terres se trouverent à la longue toutes occupées. Il ne resta plus pour les derniers venus que des terreins stériles, rebutés par les premiers. Mais à la fin toute terre trouva son maître, & ceux qui ne purent avoir des propriétés, n'eurent d'abord d'autre ressource que celle d'échanger le travail de leurs bras dans les emplois de la classe stipendiée, contre le superflu des denrées du Propriétaire cultivateur.

 

§. XI.

Les Propriétaires commencent a pouvoir se décharger du travail de la culture sur des Cultivateurs salariés.

Cependant puisque la terre rendoit [29] au maître qui la cultivoit, non-seulement sa subsistance, non-seulement de quoi se procurer, par la voie de l'échange, ses autres besoins, mais encore un superflu considérable, il put, avec ce superflu, payer des hommes pour cultiver sa terre; & pour des hommes qui vivent de salaires, autant valoit les gagner à ce métier qu'à tout autre. La propriété dut donc être séparée du travail de la culture, & bientôt elle le fut.

 

§. XII.

Inégalité dans le partage des propriétés : causes qui la rendent inévitable.

Les premiers Propriétaires occuperent d'abord, comme on l'a déja dit, autant de terrein que leurs forces leur permettoient d'en cultiver avec leur famille. Un homme plus fort, plus laborieux, plus inquiet de l'avenir en prit davantage qu'un homme d'un ca-[30]ractère opposé. Celui dont la famille étoit plus nombreuse, ayant plus de besoins & plus de bras, étendit davantage ses possessions; c'étoit déja une premiere inégalité. Tous les terreins ne sont pas également fertiles : deux hommes, avec la même étendue de terrein & le même travail, peuvent en tirer un produit fort différent : seconde source d'inégalité. Les propriétés, en passant des peres aux enfants, se partagent en portions plus ou moins petites, suivant que les familles sont plus ou moins nombreuses; à mesure que les générations se succédent, tantôt les héritages se subdivisent encore, tantôt ils se réunissent de nouveau par l'extinction des branches : troisieme source d'inégalité. Le contraste de l'intelligence, de l'activité & sur-tout de l'économie des uns, avec l'indolence, l'inaction & la dissipation des autres, fut un quatrieme principe d'inégalité, [31] & le plus puissant de tous. Le Propriétaire négligent & sans prévoyance, qui cultive mal, qui, dans les années abondantes, consume en choses frivoles la totalité de son superflu, se trouve réduit au moindre accident à demander du secours à son voisin plus sage, & à vivre d'emprunts. Si, par de nouveaux accidents, ou par la continuation de sa négligence, il se trouve hors d'état de rendre, s'il est obligé de faire de nouveaux emprunts, il n'aura enfin d'autre ressource que d'abandonner une partie ou même la totalité de son fonds à son créancier, qui la prendra en équivalent; ou de la ceder à un autre en échange d'autres valeurs avec lesquelles il s'acquitera vis-à-vis de son créancier.

[32]

§. XIII.

Suite de l'inégalité : le Cultivateur distingué du Propriétaire.

Voilà les fonds de terre dans le commerce, achetés, vendus. La portion du Propriétaire dissipateur ou malheureux, tourne à l'accroissement de celle du Propriétaire plus heureux ou plus sage; & dans cette inégalité des possessions variées à l'infini, il est impossible qu'un grand nombre de Propriétaires n'en aient plus qu'ils n'en peuvent cultiver. D'ailleurs, il est assez naturel qu'un homme riche desire de jouir tranquillement de sa richesse, & qu'au lieu d'employer tout son tems à des travaux pénibles, il préfere de donner une partie de son superflu à des gens qui travaillent pour lui.

[33]

§. XIV.

Partage des produits entre le Cultivateur & le Propriétaire. Produit net ou revenu.

Par ce nouvel arrangement, le produit de la terre se divise en deux parts. L'une comprend la subsistance & les profits du Laboureur, qui sont la récompense de son travail & la condition sous laquelle il se charge de cultiver le champ du Propriétaire. Ce qui reste est cette partie indépendante & disponible que la terre donne en pur don à celui qui la cultive, au-delà de ses avances & du salaire de ses peines; & c'est la part du Propriétaire ou le revenu avec lequel celui-ci peut vivre sans travail, & qu'il porte où il veut.

[34]

§. XV.

Nouvelle division de la Société en trois classes, des Cultivateurs, des Artisans & des Propriétaires, ou classe productrice, classe stipendiée, & classe disponible.

Voilà maintenant la Société partagée en trois classes; la classe des Laboureurs, à laquelle on peut conserver le nom de classe productrice; la classe des Artisans & autres stipendiés des produits de la terre; & la classe des Propriétaires, la seule qui, n'étant point attachée par le besoin de la subsistance à un travail particulier, puisse être employée aux besoins généraux de la Société, comme la guerre & l'administration de la justice, soit par un service personnel, soit par le paiement d'une partie de ses revenus avec laquelle l'Etat ou la Société soudoie des hommes pour remplir ces fonctions. Le nom qui lui convient le [35] mieux par cette raison est, celui de classe disponible.

 

§. XVI.

Ressemblance entre les deux classes laborieuses ou non disponibles.

Les deux classes des Cultivateurs & des Artisans se ressemblent par bien des rapports, & sur tout en ce que ceux qui les composent ne possédent aucun revenu & vivent également de salaires qui leur sont payés sur les produits de la terre. Les uns & les autres ont encore cela de commun qu'ils ne gagnent que le prix de leur travail & de leurs avances, & ce prix est à peu près le même dans les deux classes; le Propriétaire marchandant avec ceux qui cultivent sa terre pour leur abandonner la moindre part possible des produits, de la même manière qu'il dispute avec son Cordonnier pour acheter ses souliers le moins cher qu'il est possible. En un mot, le Cultiva-[36]teur & l'Artisan n'ont tous deux que la rétribution de leur travail.

 

§. XVII.

Différence essentielle entre ces deux classes laborieuses.

Mais il y a cette différence entre les deux genres de travaux, que le travail du Cultivateur produit son propre salaire, & en outre le revenu qui sert à salarier toute la classe des Artisans & autres stipendiés; au lieu que les Artisants reçoivent simplement leur salaire; c'est-à-dire, leur part de la production des terres en échange de leur travail, & ne produisent aucun revenu. Le Propriétaire n'a rien que par le travail du Cultivateur; il reçoit de lui sa subsistance & ce avec quoi il paie les travaux des autres stipendiés. Il a besoin du Cultivateur par la nécessité de l'ordre physique, en vertu duquel la terre ne produit point sans travail; mais le Cultivateur n'a [37] besoin du Propriétaire qu'en vertu des conventions& des loix qui ont dû garantire aux premiers Cultivateurs & à leurs héritiers la propriété des terreins qu'ils avoient occupés, lors même qu'ils cesseroient de les cultiver, & cela pour le prix des avances foncieres par lesquelles ils ont mis ces terreins en état d'être cultivées, & qui se sont pour ainsi dire incorporées au sol même. Mais ces loix n'ont pu garantir à l'homme oisif que la partie de la production que la terre donne au-delà de la rétribution due aux Cultivateurs. Le Propriétaire est forcé d'abandonner celle-ci, à peine de tout perdre. Le Cultivateur, tout borné qu'il est à la rétribution de son travail, conserve donc cette primauté naturelle & physique qui le rend le premier moteur de toute la machine de la Société, & qui fait dépendre de son travail seul & sa subsistance & la richesse du Propriétaire & le salaire de tous les autres travaux.

[38] L'Artisan, au contraire, reçoit son salaire, soit du Propriétaire, soit du Cultivateur, & ne leur donne, pour l'échange de son travail, que l'équivalent de ce salaire & rien au-delà.

Ainsi, quoique le Cultivateur & l'Artisan ne gagnent l'un & l'autre que la rétribution de leur travail, le Cultivateur fait naître, au-delà de cette rétribution le revenu du Propriétaire, & l'Artisan ne fait naître aucun revenu ni pour lui ni pour d'autres.

 

§. XVIII.

Cette différence autorise leur distinction en classe productrice & classe stérile.

On peut donc distinguer les deux classes non disponibles en classe productrice qui est celle des Cultivateurs, & classe stérile qui comprend tous les autres membres stipendiés de la Société.

[39]

§. XIX.

Comment les Propriétaires peuvent tirer le revenu de leurs terres.

Les Propriétaires qui ne travaillent pas eux-mêmes leurs terres, peuvent s'y prendre de différentes manieres pour les faire cultiver, ou faire différents arrangements avec ceux qui les cultivent.

 

§. XX.

Premiere maniere : culture par des hommes salariés.

Ils peuvent premierement payer des hommes à la journée, ou à l'année, pour labourer leur champ & se réserver la totalité des produits; ce qui suppose que le Propriétaire fasse l'avance & des semences & du salaire des ouvriers jusqu'après la récolte. Mais cette premiere maniere a l'inconvénient d'exiger beaucoup de travail & d'assiduité de la part [40] du Propriétaire, qui peut seul conduire les ouvriers dans leurs travaux, veiller sur l'emploi de leur tems & sur leur fidélité à ne rien détourner des produits. Il est vrai qu'il peut aussi salarier un homme plus intelligent & dont il connoisse la fidélité, qui en qualité de régisseur ou de conducteur dirige les ouvriers & fasse le compte des produits; mais il sera toujours exposé à être trompé. D'ailleurs, cette méthode est extrêmement dispendieuse, à moins qu'une grande population & le défaut d'emploi dans les autres genres de travail, ne force [sic] les ouvriers à se contenter de salaires très bas.

Dans les tems voisin de l'origine des sociétés, il étoit à peu près impossible de trouver des hommes qui voulussent travailler le terrein d'autrui, parce que tous les terreins n'étant pas encore occupés, ceux qui veulent travailler préférent de défricher de nouvelles terres & de les cultiver pour leur propre [41] compte. Aussi n'est-ce pas dans l'origine des Sociétés que les Propriétaires peuvent cesse d'être Cultivateurs : mais comme nous l'avons fait voir plus haut (§ XI & suivant) seulement lorsque les progrès de la Société & de la culture ont fait naître & bien distinguer la classe stipendiée.

 

§. XXI.

Autre maniere, qui est très mauvaise, qui a malheureusement été très générale dans des Siècles de barbarie, & qui à la honte du genre humain existe encore dans beaucoup de pays, qui ne sont ni éclairés ni bien civilisés.

Dans les tems d'ignorance & de férocité, il y a eu beaucoup d'occasions de querelles entre les hommes mal armés & timides : & par conséquent plus susceptibles d'appréhension & de haine réciproque; car il est d'expérience qu'on ne se bat presque jamais que par foi-[42]blesse, & dans la crainte bien ou mal fondée d'un malheur qu'on regarde comme certain & auquel on préfère le hasard du combat. Dans les commencements on massacroit les Vaincus sans pitié, comme font encore quelques Sauvages d'Amérique. L'introduction de la culture adoucit un peu les moeurs sans les corriger entierement, ou plutôt d'une maniere qui rendit la dépravation moins cruelle en apparence, plus dangereuse & plus universelle en effet. Les plus forts penserent qu'au lieu de tuer les plus foibles, ils auroient plus de profit à se les approprier & à leur faire travailler la terre comme Esclaves. Dès que cette abominable coutume a été établie, les guerres sont encore devenues plus fréquentes : avant cette époque elles n'arrivoient que par accident; depuis elles se sont faites précisément dans la vue d'enlever des Esclaves que les Vainqueurs faisoient travailler pour leur [43] compte ou qu'ils vendoient à d'autres. Tel a été le principal objet des guerres que les anciens Peuples se faisoient : & ce brigandage & ce commerce regnent encore dans toute leur horreur sur les côtes de Guinée, où les Européens le fomentent en allant acheter des Noirs pour la culture des colonies d'Amérique.

 

§. XXII.

Portion que la nature assure aux Cultivateurs, même esclaves, sur le produit de leurs travaux.

Les esclaves n'ont aucune justice à réclamer vis-à-vis de gens qui n'ont pu les réduire en esclavage, sans violer toutes les loix de l'ordre & de la morale, & tous les droits de l'humanité. Cependant la loi physique de la nature leur assure encore une part aux productions qu'ils font naitre. Car, il faut bien que le maître les nourrisse, pour [44] profiter de leur travail. Mais cette espece de salaire est bornée au plus étroit nécessaire, & à leur subsistance.

 

§. XXIII.

Combien la culture exécutée par les esclaves est peu profitable & chere pour le maître & pour l'humanité.

Les esclaves n'ont aucun motif pour s'acquitter, des travaux auxquels on les contraint, avec l'intelligence & les soins qui pourroient en assurer le succès; d'où suit que ces travaux produisent très peu. Les maîtres avides ne savent autre chose, pour suppléer à ce défaut de production, qui résulte nécessairement de la culture par esclaves, que de forcer ceux-ci à de travaux encore plus rudes, plus continus & plus violents. Ces travaux excessifs en font périr beaucoup; & il faut, pour entretenir toujours le nombre nécessaire à la culture, que le commerce en fournisse [45] chaque année une très grande quantité, que les maîtres sont obligés de racheter. Ainsi ils ne donnent point de salaires à leurs esclaves, mais ils payent un capital considérable, pour se procurer ces mauvais ouvriers. Et, comme c'est toujours la guerre qui fait les premiers fonds de ce commerce, il est évident qu'il ne peut subsister que par une énorme destruction d'hommes, & qu'autant qu'ils sont divisés en Nations très petites, qui se déchirent sans cesse, & que chaque bourgade fait la guerre à sa voisine. Que l'Angleterre, la France & l'Espagne se fassent la guerre la plus acharnée, les frontieres seules de chaque Etat seront entamées, & cela par un petit nombre de points seulement. Tout le reste du pays sera tranquille, & le petit nombre de prisonniers qu'on pourroit faire de part & d'autre, seroit une bien foible ressource pour la culture de chacune des trois Nations.

[46]

§. XXIV.

La culture par esclaves ne peut subsister dans les grandes Sociétés.

Ainsi, lorsque les hommes se rassemblent en grandes Sociétés, les recrues d'esclaves cessent d'être assez abondantes pour subvenir à la consommation qui s'en fait par la culture. Et, quoiqu'on supplée au travail des hommes par celui des bestiaux, il vient un tems où les terres ne peuvent plus être travaillées par des esclaves. L'usage ne s'en conserve que pour le service de l'intérieur des maisons, & à la longue, il s'anéantit; parcequ'à mesure que les Nations se policent, elles font entr'elles des conventions pour l'échange des prisonniers de guerre. Ces conventions se font d'autant plus facilement, que chaque particulier est très intéressé à écarter de lui le danger de tomber dans l'esclavage.

[47]

§. XXV.

L'esclavage de la glêbe succede à l'esclavage proprement dit.

Les descendants des premiers esclaves, attachés d'abord à la culture des terres, changent eux-mêmes de condition. La paix intérieure des Nations ne laissant plus au commerce de quoi fournir à une trop grande consommation d'esclaves, les maîtres sont obligés de les ménager davantage. Ceux qui sont nés dans la maison, accoutumés dès l'enfance à leur état en sont moins révoltés, & les maitres ont moins besoin d'employer la rigueur pour les contenir. Peu à peu la glêbe qu'ils cultivent devient leur patrie. Ils n'ont d'autre langue que celle de leurs maîtres; ils deviennent partie de la même Nation; la familiarité s'établit, & à sa suite, la confiance & l'humanité de la part des maîtres.

[48]

§. XXVI.

Le vasselage succede a l'esclavage de la glêbe, & l'esclave devient propriétaire. Troisieme maniere ; aliénation du fonds a la charge d'une redevance.

L'administration d'un bien cultivé par des esclaves exige des soins pénibles, & une résidence gênante. Le maître s'assure une jouissance plus libre, plus facile & plus sure, en intéressant ses esclaves à la culture, & en leur abandonnant à chacun une certaine étendue de terrein, à condition de lui rendre une portion des fruits. Les uns ont fait ce marché pour un tems, & n'ont laissé à leurs serfs, qu'une possession précaire & révocable. D'autres ont abandonné le fond à perpétuité, en se retenant une rente annuelle, payable en denrées ou en argent, & exigeant des possesseurs certains devoirs. Ceux qui recevoient ces terres sous la condition prescrite, [49] devenoient propriétaires & libres, sous le nom de tenanciers, ou de vassaux;, & les anciens propriétaires, sous le nom de seigneurs, conservoient seulement le droit d'exiger le payement de la rente & les autres devoirs convenus. C'est ainsi que les choses se sont passées dans la plus grande partie de l'Europe.

 

§. XXVII.

Quatrieme maniere ; Colonage partiaire.

Ces fonds devenus libres à la charge de la rente, peuvent encore changer de Propriétaires, se diviser & se réunir par la voie des successions & des ventes; & tel Vassal peut à son tour en avoir plus qu'il ne peut en cultiver lui-même. Le plus souvent la rente à laquelle les fonds sont assujettis n'est pas assez forte, pour qu'en les cultivant bien, l'on ne puisse encore se procurer au-delà des avances, des frais & de la subsistance du Cultivateur, [50] une surabondance de productions qui forme un re venu : dès lors, le Vassal propriétaire doit aussi desirer de jouir sans peine de ce revenu, & de faire cultiver son fonds par d'autres. D'un autre côté, la plus grande partie des Seigneurs n'alienent que les parties de leurs possessions les moins à leur portée, & gardent celles qu'ils peuvent faire cultiver à moins de frais. La culture par esclaves n'étant plus pratiquable ; le premier moyen qui s'offrit, & le plus simple pour engager des hommes libres à cultiver des fonds qui ne leur appartenoient pas, fut de leur abandonner une portion des fruits, ce qui les engageoit à mieux cultiver que ne le feroient des ouvriers auxquels on donneroit un salaire fixe. Le partage le plus commun a été de faire deux parts égales, dont l'une appartenoit au Colon, & l'autre au Propriétaire. C'est ce qui a donné lieu aux [51] noms de Métayer (medietarius), ou Colon à moitié fruits. Dans les arrangements de ce genre qui ont lieu dans la plus grande partie de la France, le Propriétaire fait toutes les avances de la culture, c'est-à-dire, qu'il fournit à ses dépens les bestiaux de labour, les charrues & autres outils aratoires, la semence & la nourriture du Colon & de sa famille, depuis l'instant où celui-ci entre dans la métairie jusqu'après la premiere recolte.

 

§. XXVIII.

Cinquième maniere. Fermage ou louage des Terres.

Des Cultivateurs intelligents & riches, qui savoient à quel point une culture active & bien dirigée, pour laquelle on n'épargneroit ni travaux, ni dépenses, pourroit porter la fécondité des terres, jugerent avec raison qu'ils gagneroient davantage, si le Pro-[52]priétaire consentoit à leur abandonner pendant un certain nombre d'annees la totalité des recoltes, à la charge de lui payer chaque année un revenu constant, & de faire toutes les avances de la culture. Par là ils s'assuroient que l'accroissement de productions que feroient naître leurs dépenses & leur travail leur appartiendroit en entier. Le Propriétaire de son côté y gagnoit de jouir d'un revenu plus tranquille, puisqu'il étoit débarrassé du soin de faire des avances, & de compter des produits; plus égal, puisqu'il recevoit chaque année le même prix de sa ferme, & plus certaine, parce qu'il ne couroit jamais le risque de perdre ses avances & que les bestiaux & autres effets, dont les Fermiers avoient meublé sa ferme devenoient un gage qui l'assuroit du paiement. D'ailleurs le bail n'étant que pour un petit nombre d'années, si son fermier avoit donné de ses terres un [53] prix trop bas, il pouvoit l'augmenter à la fin du bail.

 

§. XXIX.

Cette derniere méthode est la plus avantageuse de toutes, mais elle suppose un pays déja riche.

Cette méthode d'affermer les terres est de toutes la plus avantageuse aux Propriétaires & aux Cultivateurs; elle s'établit par tout où il y a des Cultivateurs riches, en état de faire les avances de la culture; & comme des Cultivateurs riches sont en état de donner bien plus de labours & d'engrais à la terre, il en résulte une prodigieuse augmentation dans les productions & dans le revenu des biens fonds.

Dans la Picardie, la Normandie, les environs de Paris, & dans la plupart des Provinces du Nord de la Franée [sic], les terres sont cultivées par des Fermiers. Dans les Provinces du Midi [54] elles le sont par des Métayers; aussi, les Provinces du Nord de la France sont elles incomparablement plus riches & mieux cultivées que celles du Midi.

 

§. XXX.

Récapitulation des différentes manieres de faire valoir les terres.

Je viens de compter cinq manieres différentes dont les Propriétaires ont pu, en s'exemptant du travail de la culture, faire valoir leurs fonds par les mains d'autrui.

La premiere, par des ouvriers payés à salaire fixe.

La seconde, par des esclaves.

La troisieme, en abandonnant le fonds moyennant une rente.

La quatrieme, en abandonnant au Cultivateur une portion déterminée & le plus communément, la moitié des fruits, le Propriétaire se chargeant de faire les avances de la culture.

La cinquieme, en louant la terre à des Fermiers qui se chargent de faire toutes les avances de la culture, & qui s'engagent à donner au Propriétaire, pendant le nombre d'années convenu, un revenu toujours égal.

De ces cinq manieres, la premiere, trop dispendieuse, est très rarement mise en usage; la seconde ne peut avoir lieu que dans des pays encore ignorants & barbares; la troisieme, est moins une maniere de faire valoir sa propriété qu'un abandon de sa propriété, moyennant une créance sur le fonds, en sorte que l'ancien Propriétaire n'est plus, à proprement parler, qu'un créancier du nouveau.

Les deux dernieres méthodes de culture sont le plus généralement en usage: savoir, la culture des Métayers dans les pays pauvres, & la culture des Fermiers dans les pays les plus riches.

Ce mémoire méthodique est d'une éten-[56]due qui auroit totalement rempli ce Volume si nous l'y avion inséré en entier. Nous avons trouvé dans cet endroit un repos naturel, & c'est ce qui a achevé de nous engager à renvoyer la suite au Volume prochain.

Annexe : Table des matières du numéro.


Les documents qui ont permis cette édition électronique appartiennent au fonds de la

Librairie Jean-Jacques MAGIS
47, rue Saint-André-des-Arts. 75006 Paris
tél. 33 (0)1 43 26 50 57
fax 33 (0) 1 43 26 11 38

Retour à la 1ère de couverture