Richard Cantillon

(c. 1680-1734)

Né à Ballyheigue, dans le comté de Kerry, en Irlande, la date de la naissance de Richard Cantillon n'est pas connue. Selon Antoin Murphy, elle se situerait entre 1680 et 1690.

Cantillon émigre en France en 1708. De là, il part travailler en Espagne, comme comptable au bureau du Payeur Général des Armées Anglaises à l'étranger pendant la Guerre de Succession. A la fin des hostilités, il rentre à Paris. Il y prend en main l'établissement bancaire d'un cousin homonyme. Il amasse une fortune considérable de 1717 à 1720 en spéculant d'abord "pour", puis contre le Système de Law. Mais cet acquis lui vaut de multiples poursuites devant les tribunaux civils et criminels de France et de Grande-Bretagne, et d'interminables procès où, pour la plupart, il obtient gain de cause.

En 1734, à Londres où il était retourné, sa maison fut la proie d'un incendie dans la nuit du lundi au mardi 14 mai. Les journaux de l'époque relatèrent le sinistre en le présentant comme concluant le vol et l'assassinat de Cantillon. Selon Antoin Murphy , un doute subsiste toutefois sur la réalité de la mort de Cantillon dans ces circonstances.

Sur la foi de mentions dans la correspondance du baron Grimm, dans l'Année littéraire par Fréron et dans une lettre et des manuscrits du marquis de Mirabeau, on attribue à Cantillon l'ouvrage paru sans nom d'auteur en 1755, soit vingt et un ans après sa disparition, qui portait le titre, Essai sur la nature du commerce en général, traduit de l'anglais, et qui était donné comme étant publié à Londres, chez Fletcher Gyles dans Holborn.

On ignore toujours qui a édité l'Essai, quoique une note de Joseph d'Hémery, inspecteur de la la librairie de France, dans son Journal de la librairie indique que l'Essai n'a pas été publié à Londres, ni clandestinement en France, mais a bénéficié d'une permission tacite du bureau du directeur de la Librairie.

Si on n'a pas non plus encore découvert de manuscrit anglais de l'Essai, en revanche il existe un manuscrit français complet de l'ouvrage à la Bibliothèque municipale de Rouen. Ce manuscrit n'est toutefois pas un original. Selon Takumi Tsuda, il semblerait avoir été écrit sous la dictée de quelqu'un.

 

Bibliographie sommaire :